BioCrack : baisse des coûts et hausse du rendement de gaz avec l'unité de désintégration BioCrack
Étude de cas - Station d'épuration dans le sud de l'Allemagne

Problème

Coûts d'exploitation trop élevés dans une station d'épuration

Solution

Unité de désintégration électrocinétique BioCrack de Vogelsang

Le client et le problème

D'une capacité de 240 000 équivalents-habitants, la station produit environ 54 000 tonnes de boues par an. Ces boues sont épaissies par un épaississeur avant d'être introduites dans les deux réacteurs de digestion (de 5000 m³ chacun).

Le personnel de la station s'est demandé à plusieurs reprises : « Comment réduire les coûts d'exploitation et la quantité de boues ? ». Après avoir appris l'existence de l'unité de désintégration électrocinétique BioCrack, l'entreprise a souhaité l'essayer.

La solution

Le système BioCrack a été mis en place en aval du dispositif d'épaississement. Après l'épaississement, les boues sont traitées à l'aide des systèmes RotaCut et BioCrack avant d'être pompées dans les réacteurs de digestion.
Cette mesure a permis d'accroître le rendement de gaz de 8 %. En partant d'un prix de l'électricité de 10 centimes et en supposant que la centrale de cogénération ait un rendement d'environ 35 %, cela représenterait plus de 18 000 € d'économies par an.
Parallèlement, la quantité de boues d'épuration a diminué de plus de 11 %, ce qui signifie plus de 900 tonnes de boues en moins à éliminer chaque année. À raison de 70 € la tonne en moyenne, cela représente plus de 63 000 € d'économies par an.

Accessoirement, la consommation d'agent floculant a reculé de presque 18 %, ce qui représente une économie supplémentaire de presque 2900 € par an (à raison de 3 € le kg de floculant).
En sachant tout cela, il n'est pas surprenant que la station d'épuration ait choisi d'acquérir l'unité de désintégration.


/ /